Unités d’Enseignement

UE1 : Identité, citoyenneté, reconnaissance

 

Qu’est-ce que c’est, un immigrant ? A quel pays appartient-il ? Est-il possible d’acquérir la nationalité d’un pays sans partager sa culture ? Quels sont les enjeux, les défis, et les astuces qui l’empêchent ou l’aident à agir et réagir dans sa communauté ? Voici quelques questions auxquelles ce cours vise à répondre. Ce cours est divisé en deux parties : dans la partie identité, citoyenneté, reconnaissance, on discute les motivations et les processus de l’immigration, et l’évolution de l’identité d’un immigrant en prenant en compte des éléments de domaines divers, comme la sociologie, l’histoire, les statistiques, la philosophie, etc. La deuxième partie, interculturalité dans les travaux des instances internationales, examine les interactions entre les communautés qui sont touchées par le phénomène de l’immigration et les connexions entre la culture, les valeurs, les conditions sociales, etc.

 

Mots clés/concepts importants :

-Assimilation, intégration, discrimination

-Histoire de l’immigration, mobilité

-Culture, valeurs, genre

-Multiculturalisme, libéralisme

 

Langue denseignement :

Français, avec la possibilité de faire des références et des exposés en anglais

 

Tâches demandées :

-Exposé sur des livres, des recherches, et des publications liés aux thématiques

-Un dossier à rendre à la fin du semestre

 

Enseignants :

Milena Doytcheva

 

Bibliographie :

 Brown, Wendy. (2008). Regulating Aversion : Tolerance in the Age of Identity and Empire. Princeton : Princeton University Press.

Butler, Judith. (2005). Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité. Paris : La Découverte.

Doytcheva, Milena. (2011). Le multiculturalisme. Paris : La Découverte.

Lacorne, Denis. (2003). La crise de l’identité américaine. Paris : Gallimard.

Rea, Andrea et Tripier, Marysse. (2008). Sociologie de l’Immigration. Paris: La Découverte.

UE2 : Migration Studies

 

Le cours est divisé en trois parties et comprend l’intervention de trois professeurs. Cette unité se focalise sur la question migratoire en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis sous un angle  historique, ainsi que sur la façon dont cette problématique est abordée par les sciences sociales. L’objectif de cette unité est d’acquérir des connaissances théoriques qui par suite permettront une meilleure compréhension de l’actualité et faciliteront la conduite de travaux pratiques (rédaction de fiches de lecture, de profils statistiques, réalisation d’entretiens et de travaux exploratoires dans une association ou dans un tribunal administratif, création d’un site internet concernant le sujet migrant). La première partie de cette unité est consacrée en majorité à des travaux pratiques, tandis que la deuxième partie traite les questions de l’intersectionnalité, l’intégration, l’assimilation, le racisme et l’islamophobie, à la lumière d’évènements pertinents (surtout en France et aux Etats-Unis) pour leur compréhension et leur évolution.  La troisième partie enfin, traite du mouvement Black Lives Matter dans l’actualité aux Etats-Unis.

Principales notions abordées :

migration (immigration, émigration), intégration, assimilation (segmentée, melting pot), acculturation, multiculturalisme, race, ethnicité (choisie, attribuée), intersectionnalité, laïcité/secularism, naturalisation, stigmatisation, racialisme/racialism, discrimination positive/affirmative action, islamophobie, contrecoup/backlash ;

Langue d’enseignement :

anglais et français

Evaluation :

  • Travail individuel :
  • Fiche de lecture de l’ouvrage Accueillir et reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration d’Alexis Spire (synthèse et commentaire critique),
  • Profil statistique d’un groupe migrant en France et au Royaume Uni/aux Etats-Unis,
  • Travail en groupe :
  • Entretien biographique avec une personne résidant dans la région lilloise et qui a un parcours migratoire,
  • Travail exploratoire dans un tribunal administratif/une association,
  • Site internet autour de la crise migratoire dans le Nord-Pas-de-Calais et des moyens d’agir.

 

Bibliographie :

  • SPIRE, A. (2008). Accueillir et reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration. Paris, Raisons d’agir,
  • SAYAD, A. (1999). Immigration et « pensée d’État ». Actes de la recherche en sciences sociales, Délits d’immigration, 120 (1), 5-14 Find article here
  • BELKACEM, L. (2013). Jeunes descendants d’immigrants ouest-africains en consultations ethnocliniques : migrations en héritage et mémoires des « origines ». Revue européenne des migrations internationales, 29 (1), 69-89 : Find article here,
  • SAFI, M. (2014). Une refondation manquée : Les politiques d’immigration et d’intégration en France. La vie des idées :  Find article here ,
  • SAYAD, A. (2014). L’Ecole et les Enfants de l’immigration: Essais critiques. Paris, Seuil, 91-123,
  • ZORBAUGH, H. W. (1929). The Gold Coast and the Slum: A Sociological Study of Chicago’s Near North Side. Chicago, University of Chicago, 159-181.

 

Enseignants :

Audrey Célestine, Olivier Esteves, Nicolas Martin-Breteau.

 

 

UE3 : Frontières, circulations, territorialités

 

L’UE 3 est divisé en deux parties. La première partie porte sur l’étude de la frontière et de la carte à travers le prisme de la géographie (12 heures). Ce cours doit permettre de comprendre l’évolution de la pensée géographique en analysant les représentations de l’Autre et de l’Ailleurs et leurs contextes sociopolitiques. Il vise également à valoriser la carte en tant que représentation renouvelée des frontières et des territoires recomposés à différentes échelles. La deuxième partie adopte un point de vue historique pour expliquer l’évolution historique des concepts comme frontière, étranger, nationalisme, migration et exil.

Concepts importants :  

exil, frontière, nationalisme, cartographie, autochtone, migration, étranger

Géographie

  • Les différents types de frontière
  • Le concept de la territorialité et « frontièralité »
  • L’iconographie (représentations et images)
  • La cartographie autochtone
  • Le concept de la discontinuité

Histoire

  • L’évolution historique de « la frontière »
  • La guerre et l’exil espagnol
  • L’intérêt historique de la migration
  • La relation entre les Français et les étrangers, regard historique

 

Langue d’enseignement :

Français

Tâches demandées :

  • Ecriture de deux dossiers thématiques, l’un en histoire et l’autre en géographie. L’étudiant doit élaborer et analyser des articles ou un extrait d’ouvrage proposés par l’enseignant, en soulignant l’apport de ces travaux pour ses recherches futures.

Bibliographie :

 Géographie

  • Picouet P. (dir.), 2011, Le Monde vu à la frontière, L’Harmatan.
  • Wieviorka M. (dir.), 2007, Les sciences sociales en mutation, Editions Sciences humaines.
  • Lévy J., 2008, L’invention du Monde. Une geographie de la mondialisation, Presses de Sciences Po.
  • Bédard M., Augustin J-P., Desnoilles R., (dir.), 2011, L’imaginaire géographique. Perspective, pratiques et devenirs, Presse de l’Université du Québec.
  • Glon, Eric., 2015, La recherche collaborative en géographie avec les Autochtones. Eléments pour une approche critique, Géocarrefour.
  • Dussart F., 2010, De la terre à la toile : peintures acryliques de l’Australie centrale, La fabrique des images.
  • Ingold T., 2000, The Perception of the Environment, Routledge, London/New York.

 

Histoire

  • Sabine Dullin et Étienne Forestier-Peyrat 2015, Les frontières mondialisées, Presses Universitaires De France
  • -Anderson Benedict,1996, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte
  • Barth Frederick, 1995 Les groups ethniques et leurs frontières, Paris, PUF
  • -Foucher Michel, 1991 Front et frontières. Un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard; 2007, L’obsession des frontières, Paris, Perrin,
  • -Gellner Ernst, Nation et nationalisme, Paris, Payot, 1989
  • -Hobsbawn Eric, 1992 Nations et nationalisme depuis 1780: programmes, mythe, réalité, Paris, Gallimard,
  • -Normand Daniel, “Des limites d’État aux frontières nationales”, Les lieux de mémoire, t.II. La nation, vol. II, Le territoire, 1986, p.35-61; Frontières de France. De l’espace au territoire, XVIe e XIXe siècles, Paris, Gallimard, 1998.
  • -Sahlins Peter, 1996, Frontières et identités nationales, la France et l’Espagne dans les Pyrénées depuis le XVIIème siècles, Paris, Belin
  • -Thiesse Anne-Marie, 1999, La création des identités nationales, Paris, Seuil,

Enseignants :

  • Picouet et Eric Glon (Géographie)
  • Aprile et I. Surun (Histoire)

 

 

UE4 : le multilinguisme : enjeux et outils pour la
médiation interculturelle

Ce cours est divisé en trois parties. La première partie, titrée Aspects socio-linguistiques du multilinguisme, présente de manière générale les langues du monde. Les termes plurilinguisme et multilinguisme sont analysés dans un contexte social et individuel. Dans ce cadre, le cours propose des discussions à propos de la « guerre des langues » et les politiques linguistiques. La deuxième partie du cours, Acquisition de langues, discute l’apprentissage d’une langue étrangère ainsi que les facteurs qui contribuent à la maîtrise de cette langue. De même, le cours met en évidence les processus psycho et socio-linguistiques sous-jacents à cet apprentissage. Dans Ingénierie de formation des langues, la troisième partie du cours, le concept de l’ingénierie est introduit comme outil de formation. Le but de cette partie est la création d’un programme de formation.

Concepts importants :

  • bilinguisme et plurilinguisme (diglossie conflictuelle, alternance codique, code switching)
  • enseigner, apprendre, acquérir ; neuroplasticité (individualité de l’apprentissage)
  • ingénierie de la formation, outils des formateurs

Langue d’enseignement :

  • français (quelques termes en anglais sont souvent utilisés dans la discussion).

Tâches demandées :

  • discussion sur : le bilinguisme individuel et social, les statuts linguistiques des pays et l’acquisition des langues (en forme de dossier à rendre à la fin du cours)
  • création d’un programme de formation pour les étudiants MITRA qui intègrent la promotion

Bibliographie / Sitographie :

  • BRETON, R. (2003) : Atlas des langues du monde, une pluralité fragile, Paris, Editions Autrement.
  • CALVET, L.-J. (1999) : La guerre des langues et les politiques linguistiques, Paris, Hachette.
  • CAUDEN, I., CUISINIEZ, F. (2009) : La boîte à outils des formateurs, Paris, Dunod.
  • Ethnologue : ethnologue.com

Enseignantes :

  • Delahaie (première et troisième partie du cours)
  • Canut (deuxième partie du cours)

 

UE5 : Initiation à la méthodologie en Sciences
Humaines et Sociales

L’objectif de cette UE est de :

1-Initier les étudiant-e-s ou parfaire leur formation à la recherche participative ;

2- Susciter leurs réflexions sur les enjeux, tant sociaux que scientifiques, sur les défis et sur les difficultés propres aux méthodes utilisées pour la recherche en Sciences Sociales

De manière pratique, cette UE est subdivisée en deux parties :

La première partie est relative à l’acquisition d’outils nécessaires pour la conduite d’un projet de recherche, à travers l’utilisation de questionnaires, la conduite d’entretiens et l’analyse de contenus, etc…

Les cours théoriques faciliteront la compréhension des notions suivantes :

  • Enquêtes
  • Entretien
  • Questionnaires

A travers cet enseignement, l’étudiant devra être capable de :

  1. Mener une enquête,

Comprendre les phases du déroulement de l’enquête

  1. Elaborer un questionnaire

Etudier les bonnes pratiques pour l’élaboration d’un questionnaire et les erreurs à ne pas commettre.

  1. Conduire un entretien

Comprendre l’entretien, ce qui le différencie d’une simple conversation et les différentes formes de l’entretien

Etudier les étapes de l’entretien

Enfin, l’analyse de contenu fera l’objet d’échanges dans cette première partie de l’UE.

Une seconde partie de l’UE Méthodologie sera consacrée aux notions de la psychologie communautaire, de la recherche participative, et à la rédaction de projet.

Il s’agit pour l’étudiant de comprendre la recherche participative et ses approches à partir de la psychologie communautaire, qui traite de la compréhension des comportements humains, d’analyser les relations entre les personnes et leur milieu de vie, ainsi que les relations entre les personnes et les forces sociales qui les influencent.

Des notions clés feront l’objet d’échanges : le contrôle et le pouvoir.

Les approches liées à la technique du PhotoVoice, au Photo friend, à la recherche action participative seront objet d’échanges etc…

Enfin, une présentation brève de la méthodologie de rédaction de projet est présentée avant de clore le séminaire. Il s’agira à ce niveau de s’imprégner de toutes les phases de la rédaction d’un projet depuis l’idée de projet jusqu’à l’évaluation finale.

 

Modalités d’évaluation

L’évaluation pour l’UE Méthodologie se fera en deux parties :

La première est relative à la réalisation d’un dossier comprenant l’élaboration d’un questionnaire et la réalisation d’un entretien.

La seconde concerne également la rédaction d’un dossier qui portera sur une ou des  méthodes de recherche, et surtout une réflexion sur l’utilisation de ces méthodes dans le cadre de notre recherche personnelle.

 

Bibliographie indicative

  • Anadon, M. (2007) : La recherche participative, multiples regards. Québec : PUQ.
  • Blanchet, A. (1995) : L’entretien dans les Sciences sociales. Paris : Dunod.
  • Bronfenbrenner, U. (2004): Making human beings human: Bioecological perspectives on human development. Thousand Oaks, CA: Sage.
  • Orford, J. (2008) : Community psychology. Challenges, controversies and emerging consensus. Chichester : John
  • Voir les travaux de Robert Rosenthal sur L’impact du non verbal dans la communication

 

UE6 : pratique des langues

L’enseignement est divisé en général en deux cours (deux langues) : la langue anglaise / la langue française ou une autre langue étrangère que l’étudiant peut choisir en fonction du pays de mobilité ; un cours par semaine pour chaque langue.

  • FLE : Français Langue Etrangère

Un cours extensif sur les écrits universitaires. Le cours se concentre sur l’apprentissage des méthodes liées à la rédaction de la recherche et la pratique constante de l’écriture. Presque tous les dossiers qui sont exigés pour les autres cours sont corrigés dans le cadre du cours de français. Pour montrer quelques exemples des genres des textes : la fiche de lecture, le profil statistique, l’entretien biographique, etc.

  1. Responsable : Marie-Pascale Hamez
  2. Langue d’enseignement : français
  3. Evaluation : une rédaction d’un texte sur une recherche qui intéresse l’étudiant comprenant au minimum 10 000 caractères, où l’étudiant doit montrer ses compétences linguistiques et appliquer les méthodes de rédaction de la recherche apprises pendant le cours.

 

  • Anglais :

Le cours se concentre sur la méthodologie de recherche. Autrement dit, il donne à l’étudiant des outils qui peuvent l’aider dans le choix de sa question de recherche et dans sa réflexion. De plus, les étudiants s’entraînent à l’écriture académique en anglais :  construction d’une problématique, d’hypothèses et d’objectifs de recherche, ainsi que l’acquisition d’une méthodologie pour l’écriture du mémoire.

  1. Responsable : Michael Markey
  2. Langue d’enseignement : anglais
  3. Evaluation : une rédaction élaborée sur la question de recherche, y compris l’idée principale, les objectifs, les méthodes utilisées, les références liées à la recherche et les résultats. Ce dossier doit inclure presque 10 pages qui mettent en valeur à la fois les compétences linguistiques et les connaissances méthodologiques.

 

  • Espagnol, néerlandais, polonais ou portugais du Brésil :

L’université Lille 3 offre des cours dans plusieurs langues étrangères auxquels les étudiants peuvent assister pour se préparer à la mobilité des semestres suivants. Par exemple, l’espagnol, le néerlandais, le polonais et le portugais du Brésil.